La protection est toujours primordiale sur les chantiers. Il y a deux types de moyens de protections : les équipements de protection individuelle ou EPI et les matériels de protection collective ou EPC. En effet, ces deux types d’équipements de sécurité sont expliqués dans cet article afin que vous preniez connaissance.

Les équipements de protection collective : explications

Un chantier est le premier lieu de tous les accidents. Les employeurs ont des obligations de protéger leurs salariés. De ce fait, il est nécessaire de fournir des équipements de protection de haute qualité pour un chantier.

En général, ce sont les équipements de protection collective qui sont à déployer en premier lieu. C’est-à-dire, il faut prioriser les matériels de protection collective aux EPI. Exemple : Opter pour la pose de caissons acoustique sur les machines au lieu d’équiper les ouvriers de bouchons d’oreilles.

Les EPC (Équipement de Protection Collective) doivent répondre à ces caractéristiques spéciales comme cité ci-après :

– Installation de manière à protéger le plus directement les salariés des éventuelles sources d’accidents. Cela afin de réduire au maximum les risques.

– À installer avant le commencement des travaux.

– Après leurs déploiements, les travailleurs n’ont pas besoin de faire beaucoup de choses pour assurer leur sécurité.

Les moyens de protections collectives sont régis par quatre principes aussi : la sécurisation par éloignement (balisage), la sécurisation par obstacle, la sécurisation par atténuation des nuisances et la sécurisation par consignation.

Comme pour les EPI, le choix des EPC dépend de l’analyse des risques sur le chantier. L’employeur demande un avis auprès du CP sécurité et du CP-MT. C’est à partir des avis donnés par ces organismes qu’il définit les conditions d’utilisation des mesures de sécurité collectives.

Voici une liste d’équipement de protection collective que vous pouvez utiliser sur les chantiers : palissade de chantiergrille de chantierclôture de chantierbarrière de chantierclôture mobile, barrière événementiel, barrière de travaux, barrière de protection de chantier, etc.

Les différents types d’EPC ou équipements de protection collective

Les EPC sont choisis en fonction des risques sur le chantier. Voici quelques exemples pour illustration :

– Pour les chutes en hauteur : Le plus important des EPC pour les chutes en hauteur est le garde-corps. Puis la mise en place des planchers de réception. Enfin les filets de retenue.

– L’utilisation des revêtements de sol antidérapant pour éviter les risques de chutes sur le sol.

Pour les chantiers de BTP : la mise en place des barrières de chantier pour délimiter la zone de travail, les barrières piétonnes qui délimitent les zones où les engins sont interdits, les barrières de travaux qui sont utilisés comme signalisations de dangers, etc.

– Les moyens de protection contre les bruits : les encoffrements, le revêtement isolant acoustique, les silencieux, les cabines isolantes, etc.

– Les protections contre les vibrations : utilisations des lièges, caoutchouc ou ressort afin d’amortir les machines pour réduire l’impact des ondes vibratoires.

– La mise en place des équipements anti-poussières et des matériels pour l’assainissement de l’air.

En outre, la combinaison de plusieurs EPC est recommandée pour avoir une efficacité sur la réduction des risques.

Les équipements de protection individuelle

Chaque personne sur le chantier doit être sécurisée au maximum pour minimiser les risques d’accidents et de blessures. Pour choisir l’équipement adapté à vos besoins, il faut d’abord définir l’environnement de travail et son champ d’application.

On peut distinguer deux types d’EPI : les EPI partiels et les EPI Intégraux.

  • Les EPI partiels

Ce sont les protections : de la tête, auditive, des yeux et du visage, voie respiratoire, bras et mains, jambes et pieds, etc.

  • Les EPI Intégraux

Ce sont les protections : les barrières, anti-chute et les vêtements de protection spécifique.

Selon la législation en vigueur, chaque pays peut imposer à chaque personne de porter les EPI par rapport à leur activité.

Les EPI sont des compléments à d’autres mesures de sécurité prise à l’avance. Ils visent à protéger les employés des accidents qui peuvent les blesser. Ce sont les blessures corporelles qui sont évitées en portant les EPI.

Quand est-ce qu’on doit avoir recours aux EPI ? Et comment les choisir ?

Les EPI sont choisis en fonction du niveau des risques sur un chantier. L’employeur s’engage à faire des évaluations des risques.

Les salariés doivent être en sécurité au travail. De ce fait, l’investissement de l’employeur dans les EPI n’est pas la moindre des choses.

Toutes fois, les EPI sont à déployer après la mise en place des mesures de sécurité collective. Par exemple : Si l’accès à l’assainissement de l’air est impossible (par exemple dans les espaces où le salarié sera exposé à des substances chimiques), c’est à partir de ce moment qu’on utilise les appareils de protection respiratoire.

À chaque environnement de travail donc, l’employeur est tenu de faire de temps à autre des évaluations de risques afin d’établir la liste des EPI adaptés.

Les EPI sont choisis par rapport au poste de travail. L’employeur s’engage à consulter le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail dans la société pour définir les conditions de port des EPI.

Il se peut aussi que le service de santé au travail conseille l’employeur sur les risques professionnels auxquelles s’exposent les salariés. Mais certains travaux ont vraiment des prescriptions réglementaires, comme une opération où l’on peut être exposé à l’amiante : le port de matériels adaptés est régi par un arrêté.

Utilisation des équipements de sécurité : la législation oblige

Les équipements de sécurité sont indispensables pour réduire les risques d’accident et diminuer le mieux possible les risques de maladies professionnelles.

Leurs utilisations ont pour but de protéger les travailleurs des dangers possibles.

La loi sur la santé et la sécurité du travail stipule dans l’article 51 que l’employeur est dans une obligation de prendre les mesures nécessaires pour protéger les travailleurs. Les équipements utiles pour la protection des salariés sont fournis gratuitement par la société qui les emploie. Qui choisit les matériels de sécurité ? C’est le comité de santé et de santé de l’entreprise qui définit aux préalables les moyens de protections nécessaires.

En outre, les salariés aussi ont des obligations de protéger leur santé et leur sécurité ainsi que leur intégrité physique. De ce fait, ils doivent porter les équipements obligatoirement.

Un affichage dans l’enceinte de la société ou sur le chantier est utile pour informer chaque collaborateur. Dès l’embauche, l’employeur doit fournir aux salariés une formation sur les risques et dangers potentiels qui pourraient survenir au travail ainsi que les équipements correspondants.

Comme mentionné plus haut dans cet article, ce sont les EPC qui sont à prioriser par rapport aux EPI. Mais rien ne vaut une élimination de la source de danger. Cette élimination à la source n’est pas toujours faisable, donc pensez à utiliser des équipements de qualité supérieure.

Les fournisseurs de ces moyens de protection sont tenus de respecter les normes en vigueur. Veillez à ce que les équipements respectent ces normes.

Pour couronner le tout, la sécurité est primordiale au travail. Une mise en place des équipements de sécurité est incontournable pour se sentir loin des dangers. Deux types d’équipements sont disponibles : les équipements de protection individuelle (EPI) et les équipements de protection collective (EPC). Chaque collaborateur sur le chantier est responsable de sa sécurité, mais ces mesures sont prisent à l’avance pour réduire ou voire même supprimer l’impact des accidents.