La fréquence préconisée pour la rénovation d’une façade est de dix ans. Après une telle durée, une façade peut sembler être vieillie sans afficher trop de dégâts. En revanche, dès que des pathologies apparaissent même en dessous de ce délai, il ne faut pas attendre. Du moins, le plus prudent est de consulter un professionnel de travaux de construction. Toutefois avant votre première prise de contact, voici les cinq signes qui alertent le besoin de rénovation sur une façade.

1. Des taches noires évoluent sur les murs extérieurs

Pour décrypter toutes les pathologies des murs et les réparer efficacement, adressez-vous à Fran Façades, entreprise de rénovation et d’isolation de façades en Auvergne Rhône Alpes. Par ailleurs, l’apparition des taches noires est plus commune des maisons se trouvant sur une bordure de voie publique. Au début, elles peuvent se situer sur un seul pan et évoluent au fil du temps. La façade fait ainsi face à une intrusion de micro-organisme ou a perdu une partie de son imperméabilité. Les pollutions urbaines notamment les émissions des véhicules sont alors entraînées par l’eau issue de l’humidité et des intempéries vers les joints. Bien que le crépi ne se décolle pas, ce signe démontre qu’elle est fragile. En laissant ces taches noires prendre de l’ampleur, l’étanchéité du mur risque d’être atteinte. Dans ce cas, la rénovation de la façade est une impérative.

2. L’enduit présente des fissures

Si les fissures n’évoluent pas, elles sont purement d’ordre esthétique et se guérissent par la correction de l’enduit. En revanche, si elles prennent de l’ampleur en quelques jours ou mois, il faut s’inquiéter. Parmi ses origines citées, il y a la mauvaise application de la couche de finition et l’affaissement du terrain. Seul un professionnel peut, toutefois, conclure sur une telle affirmation grâce à son expertise de diagnostic de la façade. Entre autres, elles amenuisent l’étanchéité des murs si elles sont superficielles. En revanche, si elles sont profondes, il faut remettre en cause la qualité de la maçonnerie et même celle de la fondation. Dans les deux cas, le propriétaire est invité à procéder à la rénovation ou au ravalement de la façade au plus vite.

3. Des éléments du mur sont abimés

Il semble logique que toute détérioration au niveau du mur mérite une réparation. En fonction de l’architecture du mur, les problèmes sont différents. En effet, une façade est sujette à des craquelures, patines ou moisissures. Les murs nus perdent leurs joints par efflorescence qui est la précipitation des sels contenus dans le matériau. Les bardages ou parements qu’ils soient utilisés comme matériaux décoratifs ou isolants peuvent être détruits par des insectes ou l’humidité. La peinture quant à elle se décolle ou se grise. Si la façade présente ainsi des traces irrégulières, le mieux serait de s’adresser à un professionnel de revêtements extérieurs. Il est spécialisé aux contraintes courantes des murs et il conseille ou entreprend, en plus de la rénovation, des travaux de protection. Ces dernières peuvent s’apparenter à la révision des gouttières, de chéneaux ou des auvents pour permettre une bonne évacuation d’eau.

4. La facture de chauffage augmente

Même si le mur semble être sain, il est susceptible qu’elle évacue de la chaleur. Pour cause, il n’est pas isolé ou ses isolants sont en mauvais état. À titre d’information, une maison non isolée perd 25 % de sa chaleur au niveau du toit, 20 % sur les murs et 10 % sur le sol et le reste dans les ouvertures et fermetures. Pour combler les 20 % de pertes au niveau du mur, le chauffage exploite un surplus d’énergie. L’isolation thermique est ainsi recommandée. Mais elle n’est pas seulement avantageuse sur la facture d’énergie, elle présente un autre attrait sur le gain d’espace. L’empiètement de la pièce intérieure est en effet évité par l’isolation par l’extérieur.

Pour entreprendre des travaux d’isolation, la pose d’un panneau isolant est la plus appropriée. Sa finition est variable en fonction du rendu souhaité. Le plus simple est l’enduit de finition. Le vêtage quant à lui, consiste à coller un revêtement en bois, PVC ou ardoise sur l’isolant. Si le bardage mise sur une apposition d’une ossature métallique, boisée entière.

5. Avertissement de la mairie

Le PLU ou Plan Local d’Urbanisme de la mairie conseille l’entretien des murs tous les dix ans. Dans un premier temps, les travaux sont d’ordre esthétique afin de préserver l’image du territoire. Les conditions sont strictes lorsqu’il s’agit de maison située dans une zone protégée. En dehors des fins esthétiques, une façade abimée peut être un signe alertant un véritable danger. Le PLU prévoit la rénovation obligatoire lorsqu’une construction présente des risques pour son environnement ou ses locataires. D’ailleurs, tous les travaux d’extérieurs requièrent le passage à la mairie pour obtenir la déclaration de travaux au préalable.